Une vision humaine et matérielle

Une qualité humaine, sa vision

La vision du photographe et de ses expositions de clichés dépendent non du matériel mais de son appréhension des scènes qu'il désirent mettre en images. L'aspect mécanique et électronique du matériel photographique ajoutent seulement la qualité à la captation de la lumière et la possibilité d'ajouts d'effets à la prise de vue. Une photo prise à la source peut ne pas avoir besoin d'une seule retouche par un logiciels. La recherche de l'expression, le point de vue, les capacités techniques en lumière, la connaissance du matériel photo, le post-traitement numérique par logiciels, le choix du support et des capacités d'impression sont le travail d'un photographe.

 

Les contraintes techniques

Vision saturée

 

Débuter avec un appareil d'entrée de gamme vous limitera certes dans certaines conditions de prise de vue pour un rendu optimal. Ces contraintes techniques peuvent être contournées en connaissant bien les ressources disponibles de son matériel. Suivant la gamme d'appareils disponibles sur le marché, certains ne seront pas neutres en terme de contraste ou de saturation des couleurs, leur rapport cadre image, de bruit, de grain à l'image et la compression de vos fichiers images. En connaissant les limites techniques exploitables, vous contournez ces mêmes limites.

La photocomposition, l'harmonie des couleurs, l'équilibre des formes, la mise en évidence des sujets, le résumé de l'action en un cliché, du phénomène, le message émotionnel... tous ces points sont traités par l’œil humain. L'appareil photographique n'est que l’outil pour saisir ces points de vue.

éclat de soleil

 

Le comportement de notre œil à la lumière est différent de celui d'un appareil photographique. En ce sens, certains détails jouent sur la prise de vue. Une différence telle que ce que nous voyons est susceptible de ne pas être l'équivalent du cliché désiré. En considérant par exemple que notre œil est plus réactif que l'appareil photo au changement de contraste. C'est-à-dire que les mises au point du passage d'un cadre lumineux à un cadre d'ombre sont plus lentes pour un appareil photographique que pour notre œil. Il est alors nécessaire d'attendre la mise au point de l'appareil photographique avant le déclenchement de la prise de vue.

 

Le contraste et la plage dynamique des couleurs d'un appareil photo se déclinent en profondeur de couleurs. La valeur d'une profondeur couleur est exprimé en bits, valeur binaire de deux valeurs égale à 0 ou 1. L'appareil photographique de base propose une image de 10 bits. D'autres appareils proposent des profondeurs couleurs de 16 bits. Bien évidemment, le coût de ces appareils diffère grandement suivant leurs possibilités, soient 10,12,14,16 bits. Une valeur de 10 bits en conversion décimale est de 1024 valeurs. 210=1024. La définition d'une couleur de 10 bits se définit donc en 1024 valeurs. En exemple, la couleur verte peut se décliner en dégradé de vert, soit une possibilité de 1024 verts. De la même façon, si votre image est définie en profondeur couleur de 16 bits, sa conversion en décimal est de 65536 valeurs. 214=65536. Dès lors, la possibilité de captation d'une couleur est grandement augmentée. Bien sur ces valeurs sont théoriques car la qualité de certaines de ces valeurs diffèrent notamment dans les basses lumières, les zones d'ombre, suivant la sensibilité du capteur ou de la pellicule. Selon cette sensibilité des bruits parasites à l'image peuvent être produits. De nos jours, des capteurs ont la profondeur couleurs de 24 bits. 224=16777216. En comparaison, notre œil estime la profondeur couleurs en 23 bits. 223=8388608.

 

éclat briquet

 

Pour résoudre le problème du contraste de la profondeur de couleur vous devez réduire ou augmenter ces contrastes afin que l'image ressemble à ce que vous souhaitez. Soit à votre goût, ou soit fidèle à la perception visuelle de votre œil. L'image photographique selon vos choix peut correspondre, s'éloigner ou se rapprocher du naturel c'est-à-dire de ce que vous voyez réellement. La modification des paramètres disponibles sur votre appareil photo facilite cette approche corrective. 

 

 

Petit chien

 

Les distorsions provoquées par les lentilles de l'objectif sont également un sujet largement abordé dans la définition de la qualité d'une prise de vue. De l'hyper grand angle au téléobjectif, la décision de la prise de vue diffère de celle de l’œil humain. Les objectifs peuvent être classées en 3 catégories de façon simplifiée : les grands angles dont les focales sont inférieurs à 50mm, la focale "neutre" de 50 mm et les téléobjectifs supérieurs à 50 mm. L'objectif "neutre" de 50 mm provoque peu de distorsions puisqu'il correspond à la vision de l’œil humain. La gamme des téléobjectifs altère également faiblement le regard humain.

 

voiture

 

Les grands angles sont par contre plus problématiques. Plus vous ouvrez l'angle de prise de vue, plus vous modifiez les objets graphiques dans l'image. La ligne d'horizon devient courbe, les objets sur les bords extérieurs de l'image s'étirent. Ces distorsions sont à certains regards des effets artistiques. Si vous souhaitez reproduire la réalité, vous devez vous placer au bon endroit et augmenter la longueur focale pour réduire ces effets. Bien entendu, un objectif de belle manufacture livre des photos avec des distorsions minorées comparées à des objectifs d'entrée de gamme. Une autre solution est de corriger ces erreurs de perception par l'utilisation d'un logiciel et ses fonctions de correction de lentille. En modifiant la longueur de focale d'une image par un logiciel de traitement image, vous rétablissez la géométrie originale tel que votre œil l'a perçu.

Le vignettage est aussi une aberration de l'image. Suivant la qualité des objectifs, les bords de l'image peuvent être plus sombre que le centre de l'image. Cette variation de lumière au sein de l'image peut venir de la qualité de l'objectif, ou ce peut être que cet objectif ne correspond pas à la taille du capteur, ou encore de l'utilisation de filtres. Bien évidemment, vous pouvez corriger cette erreur en recadrant l'image par un logiciel, c'est à dire en supprimant les régions de l'images comprenant ces basses lumières. Ou bien vous sélectionnez les bords de l'image et les corrigez par les courbes de réglages de contraste/luminosité. Vous égalisez dès lors votre image.

 

feux de gaz

 

Les halos à l'image, la génération de franges de couleurs entre deux teintes sont des éléments que nous ne percevons pas. Mais ils peuvent apparaître sur une photographie. Une réflexion intensive d'une lumière sur l'angle d'un objet, cet éclat de lumière, dit aussi spéculaire, sont autant d’aberrations chromatiques, c'est-à-dire une génération de couleurs irréelles sur votre cliché. Vous pouvez modifier ces aberrations, les supprimer avec l'outil tampon d'un logiciel qui a pour fonction de dupliquer une ou des informations couleur ou en utilisant une fonction de réduction d’aberration chromatique.